Autour des Imaginales, quelques paroles d’auteurices et acteurices de l’imaginaire

Il y a un peu moins d’un an, dans un billet sur mon blog perso, j’expliquais que j’étais plus dans l’éphémère et que j’avais peu de traces des choses qui s’étaient passées.
Du coup, les réseaux sociaux, par exemple, me conviennent plutôt bien : j’écris une longue humeur, mais, quelques jours plus tard, par l’enfouissement naturel sur ce genre de plateformes, le texte s’est envolé comme un message écrit à la craie qui n’a pas survécu à la première pluie.
(Bon, en réalité, je vous mens un peu pour jouer les poétesses : quand je songe « éphémère », je songe à… de la pâtisserie…)
Bref, depuis cette prise de conscience, parfois, avant de supprimer un post de Facebook, mettons, je le copie/colle dans un billet de blog.

Avant-hier, je vous parlais de l’affaire concernant les Imaginales et je vous donnais notamment le lien vers l’interview de Stéphanie Nicot (à lire vraiment).
En parallèle, sur la page Facebook de Nice Fictions, nous avons pris le temps de relayer plusieurs paroles de soutien.
Et je me dis que, d’ici quelques jours, ces messages seront balayés par le temps si je ne les archive pas.

Donc voici un billet « Archives » que j’éditerai si nécessaire et, bien évidemment, n’hésitez pas à me contacter à ce sujet pour le corriger ou l’enrichir.

*

La lettre ouverte des auteurices « coups de coeur » des Imaginales n’a été rendue publique sur le site d’ActuSF qu’aujourd’hui, mais elle est datée du 3/6.

Ainsi, en dépit de nos vives inquiétudes, sur lesquelles nous nous devions d’attirer votre attention, nous tenons à vous dire tout l’attachement que nous avons pour ce formidable festival qui a amplement contribué à la dynamique de l’imaginaire français, et qui, nous en sommes persuadés, peut encore s’épanouir davantage à l’avenir, en s’appuyant toujours davantage sur les valeurs qui l’ont fondé. Avec Stéphanie Nicot et l’équipe talentueuse qu’elle a rassemblée !

*

Yuyine, qui était coordinatrice du prix Imaginales de la bande dessinée des bibliothécaires ainsi que membre du jury de sélection du prix Imaginales des bibliothécaires, poste sur son blog le 11/7.

Je suis triste mais surtout en colère. En colère face aux décisions rétrogrades d’une administration, de politique et d’un directeur de festival qui n’ont pas compris nos inquiétudes ou les discours de l’édition 2021 et qui décident finalement de nous envoyer nous faire foutre par leur décision. En colère parce que ce sont les idées nauséabondes et les copinages honteux qui l’emportent cette fois encore sur les belles valeurs.

*

Charlotte Bousquet sur Facebook

*

Fabien Fernandez sur Facebook le 12/7.

Je suis de ces chanceux : blanc, hétéro, mec ! Je n’ai pas eu à subir les personnes comme Marsan (ou autres). Tout ce que j’ai pu faire, comme me l’a rappelé une amie il n’y a p as si longtemps, c’est prévenir de garder ses distances avec ce genre de prédateurs laches. J’ai rongé mon frein, et l’année dernière, des voix courageuses se sont élevées pour dénoncer publiquement le harcèlement qu’elles avaient subi.

*

Ellen Kushner et Delia Sherman s’associent aux propos de Robin Hobb sur Twitter le 15/7.

*

Bernard Visse sur Facebook le 15/7.

Il faut qu’un festival évolue, évidemment. Mais cela doit se faire sans qu’il perde son âme, dans le respect de celles et ceux qui l’ont patiemment bâti. Et l’âme des Imaginales est forte.
La Ville d’Épinal cultive l’art de se tirer une balle dans le pied. Alors qu’il aurait été plus simple – et tellement plus élégant – de travailler avec Stéphanie à sa succession et à l’avenir de cette manifestation. Je ne sais pas pourquoi je me mêle de ça. Épinal, la belle image ?

*

Silène Edgar sur Twitter le 17/7.

*

Francis Berthelot sur Twitter le 17/7.

*

Adrien Tomas sur Facebook le 19/7.

Je ne voulais rien dire avant que Stéphanie Nicot décide de s’exprimer sur ce sujet. C’est chose faite. Maintenant, ouvrons les vannes.

*

Dominique Lémuri sur son blog le 19/7.

Et je ne retournerai plus à Epinal. Les Imaginales sans Stéphanie Nicot, son énergie et sa vision, je ne vois pas trop ce que cela peut devenir. D’ailleurs, voici une interview édifiante de l’intéressée, parue sur le site d’ActuSf, qui vous donnera une idée de la manière dont la directrice artistique d’un des plus gros salons littéraires de France a été débarquée après 20 années de service, et dans quelles conditions elle a travaillé depuis tout ce temps.

*

Lionel Davoust sur Twitter le 20/7

*

Plusieurs acteurices du monde de l’imaginaire (dont ma pomme), mais également des festivalier·es, ont signé un mot de soutien pour Stephanie Nicot et il a été publié hier sur le site d’Actualitté.
Je trouve très fâcheux le NB ajouté sous les signatures :
NB : Stéphanie Nicot a accordé une interview à Actusf, faisant part de multiples récriminations et apportant nombre de précisions. « Dans un article de Télérama qui évoquait, le 24 mai 2022, la rumeur de mon éviction, le Directeur de la Culture et du Patrimoine d’Épinal, Stéphane Wieser, affirmait au journaliste : je “jure qu’il n’en est rien”. Quelques semaines plus tard, dans Actualitté, le même lançait un appel d’offres destiné à me remplacer. »
Non seulement l’interview de Stéphanie n’est pas vraiment relayée, juste jetée au bas de l’article, mais l’emploi du terme « récriminations » montre clairement à qui vont les sympathies de ce site.
Du coup, je regrette pas mal le choix de cette plateforme pour la diffusion…

*

Edit au 25/7 : Télérama en parle aujourd’hui.

Le 24 mai dernier, dans nos colonnes, Stéphane Wieser, le directeur des affaires culturelles d’Épinal, assurait qu’il n’était pas question d’évincer Stéphanie Nicot, directrice artistique et cheville ouvrière des Imaginales depuis le début, en 2002. Un mois plus tard, la Ville publiait un appel d’offres pour la remplacer, le nom le plus fréquemment cité en coulisses étant celui du journaliste Lloyd Chéry. La désormais ex-directrice réagit à cette annonce.

*

Edit au 1/8 : Lionel Davoust revient sur la suite prévisible de l’évènement dans un billet de blog.

Le nom des Imaginales est irrémédiablement souillé et sa réputation ne cesse de sombrer de jour en jour – une tendance qui n’ira qu’en s’aggravant, à mesure que personne ne voudra risquer de se trouver associé à l’image désastreuse que le festival vient de prendre, surtout aux USA.

*

Edit au 4/9 : Au tour de Locusmag.com de parler de cette affaire.

Cenlivan·e

Ecrivaine | Team #NiceFictions

Cenlivan·e a écrit 402 articles. Voir tous les articles de Cenlivan·e