A Korean Odyssey (2017)

20 épisodes de 70/80 minutes

J’ai mis à profit ces vacances pour revisionner cette série : 2e série coréenne que je voyais, j’avais eu un immense coup de cœur pour cette adaptation moderne du roman chinois de « La Pérégrination vers l’ouest ».
Lui (incarné par le délicieux Lee Seung-gi) est le Dieu Singe (Son Ogong en coréen / Son Goku en japonais). Né dans un volcan, égoïste, fanfaron, cruel, il a été puni et enfermé par le Royaume des Esprits.
Elle, une humaine élue, incarnation du moine qui doit sauver le monde, est avant tout une petite fille que tous les autres enfants fuient car elle voit les fantômes et tout son village la croit maudite. Par erreur (en lui demandant de lui rapporter un objet), Lui2 (le Taureau, roi des monstres) fait que l’humaine libère le Singe.

25 ans plus tard, Elle est devenue agente immobilière, spécialisée dans les bâtiments hantés. Et elle n’a toujours aucun ami, ni petit ami. Elle recroise le Singe qui veut la manger car son sang donne d’énormes pouvoirs et, pour éviter cela, le royaume des esprits lui procure un bracelet magique : Lui est désormais amoureux d’Elle et est obligé de la protéger.
Ca, c’est le point de départ.

L’histoire est très riche de rebondissements et de personnages : le Taureau est accompagné de son fidèle Chien qui prend l’apparence de sa secrétaire, le Cochon est un chanteur célèbre (interprété par Lee Hongki, chanteur du groupe FT Island dans la « vraie vie », groupe dont Elle est fan, forcément 😉 — et dont le Singe dira qu’ils « sont moins beaux qu’il croyait » 😛 ) qui récupère l’énergie créée par l’amour de ses admiratrices, une fille assassinée devient une Zombie attendrissante en étant réveillée par le sang d’Elle, le Général Hiver « prête » son corps à sa sœur, la Fée Eté, pour qu’elle ne meure pas (et, du coup, l’acteur joue les deux rôles)…

Ca fonctionne vraiment bien tout en explorant de nombreuses et belles relations : l’amour romantique forcé par un bracelet magique (le personnage du Singe est vraiment réussi : c’est un dieu égoïste, mais malin qui ne se laisse jamais berner), l’amour fraternel (entre l’Eté et l’Hiver, entre le Cochon et la Zombie), entre un maître et son Chien, entre les vieux camarades, etc.

En points négatifs, les effets spéciaux ne sont pas géniaux et le personnage du Taureau est un peu surjoué à mon goût.
J’ai lu ici ou là que des gens n’aimaient pas l’interprétation d’Elle car elle est très passive : perso, je trouve que ça fait sens. C’est une humaine solitaire, rejetée par les siens, qui devient la proie d’un dieu cruel. Elle n’a jamais eu de vraie relation et elle se retrouve suivie par un Singe qui lui répète « je t’aime » tout en menaçant de la manger. Disons que, en personnage principal, Elle est sans doute un peu fade par rapport à la galerie d’êtres surnaturels réussis dans leur grande majorité, mais ça ne m’a pas tant gênée.

Si vous aimez le fantastique, je ne peux donc que vous conseillez cette histoire tout à fait bien ficelée.
(Et, depuis, Mère Dragon m’a offert Son Ogong 2 qui trône sur mon bureau !)

Ce billet est également paru sur mon blog.

Cenlivane

Ecrivaine | Teams #VagabondsduRêve #TribuneVdR #NiceFictions

Cenlivane a écrit 446 articles. Voir tous les articles de Cenlivane