Où l’on parle d’expériences et de transparence

A ce jour, les trois principaux projets associatifs auxquels je participe sont les Vagabonds du Rêve (#VagabondsduRêve), la Tribune (#TribuneVdR) et Nice Fictions (#NiceFictions).
Ces trois projets ont plusieurs points communs : la promotion de l’imaginaire, le soutien à la création et aux artistes, l’inclusion, le partage…
Néanmoins, les Vagabonds sont un peu différents : en tant qu’éditeur, nous produisons des artistes en particulier et nous vendons des produits.
La Tribune et Nice Fictions sont gratuits, ouverts à toustes et… expérimentaux.

Expérimentaux ?
Ce terme n’est pas posé là à la légère, c’est vraiment dans l’ADN de nos projets, de notre façon d’envisager les choses.

Pour ces trois projets, nous avons donc un site dédié, qui partage et récapitule toutes les informations utiles, les news… et, en parallèle, forcément, nous avons des comptes sur les réseaux sociaux.
Nous pourrions nous en passer ?
Je ne crois pas. Evidemment, chacun·e d’entre vous pourrait faire le choix de passer régulièrement nous voir, mais nous savons que cela ne fonctionne pas ainsi.

Hier soir, nous faisions une réunion Communication et j’ai exposé un point qui me trotte dans la tête depuis quelques temps.
L’objectif de nos RS est d’informer sur nos propres projets (évidemment), mais également d’informer sur l’ensemble de ce qui nous semble chouette dans l’imaginaire.
En simplifié, nous alimentons les comptes de deux marques (la Tribune et Nice Fictions) pour partager sensiblement le même contenu à la même audience.
Que vous veniez au festival ou que vous suiviez la webrevue, vous vous intéressez à l’imaginaire, aux nouveaux artistes, aux évènements qui ont lieu.
Que ce soit la Tribune ou Nice Fictions, les deux souhaitent vous partager ce qui se passe ailleurs en France et dans le monde (par exemple, suivre les festivals au cours de l’année).

Alors que nous sommes des bénévoles avec un temps-ressource limité, n’aurions-nous pas intérêt à alimenter un seul canal (un sur les différents réseaux) identifié comme promoteur d’imaginaire ? Moins on se disperse, plus on augmente en qualité.

Senior a émis deux réserves :
« 1/ Ce compte méta ne risque-t-il pas d’éclipser ces deux marques dont nous sommes fier·es et qui sont deux projets distincts ?
2/ Si nous choisissons en label-méta le terme de Nice Fictions, les gens ne risquent-ils pas de croire que nous ne parlons que de l’actualité de Nice et sa région ? »

Jeune-CM a dit tout simplement :
« En matière de com’ et de RS, c’est toujours intéressant de faire des expériences, surtout pour des labels expérimentaux.
Et l’important est de communiquer auprès de notre public.
Pourquoi agit-on de cette façon ? Quel est l’objectif ? Qu’en pensez-vous ? »

Aussi, dans les semaines qui viennent, nous n’alimenterons plus que les canaux de Nice Fictions avec les news des deux labels.
Peut-être que le nom méta va changer, peut-être que nous aurons des designs dédiés ou…

Comme toujours, ces projets sont les nôtres, les vôtres, ceux de toustes les passionné·es d’imaginaire, donc n’hésitez pas à nous faire remonter vos remarques, idées, envies… ou à proposer vos collaborations !

Enjoy !

Cenlivane

Ecrivaine | Teams #VagabondsduRêve #TribuneVdR #NiceFictions

Cenlivane a écrit 446 articles. Voir tous les articles de Cenlivane